Charles-Aimé Robert : un vin de sève d’érable idéal pour la fête des pères – Domaine Acer
Vallier magnifie le moment avec sa famille en dégustant un verre de Charles-Aimé Robert, un vin doux de sève d'érable, au Témiscouata. | Domaine Acer

La petite histoire du Charles-Aimé RobertCharles-Aimé Robert

 

Le Charles-Aimé Robert est un vin doux de sève d’érable à la robe cuivrée profonde. Issu des dernières récoltes de la période des sucres au printemps, sa fermentation à 16% d’alcool lui confère un caractère sans pareil. Élégant, ce vin d’exception renferme un univers de flaveurs complexes et torréfiées. Au Domaine Acer, on le qualifie comme l’esprit, l’âme de la maison!

Quand une erreur de parcours donne vie à un produit d’exception

Ce vin d’érable fait partie des premiers essais de Vallier, alors qu’il  expérimentait la grande aventure de la fermentation de la sève sucrée. Il existe 3 grands procédés de transformation lorsque l’on fait référence aux  boissons alcoolisées : la fermentation, la distillation et l’aromatisation.  En 1992, aux balbutiements du Domaine Acer,  Vallier savait déjà que l’ultime façon d’exprimer toute la complexité de l’érable, ses arômes, était de créer des produits issus de la fermentation. La légende raconte que le Charles-Aimé Robert serait né d’une erreur de parcours. Un oubli, une fermentation qui se poursuit plus longtemps que prévu jusqu’à 16% d’alcool, avec pour résultat  une bouteille signature d’un charme et d’une richesse incomparables!

L’homme derrière le  vin

Charles-Aimé, c’est le père de Vallier! Un acériculteur inventif qui a récolté ses 200 premières chaudières d’eau d’érable en 1972. Grand observateur de la forêt et patenteux, il s’est sans cesse employé à améliorer ses façons de faire. À l’âge de 10 ans, Vallier suit son père dans l’érablière. Il y apprend l’art de la récolte d’eau d’érable et sa transformation artisanale en sirop goûteux et bien fait. Pour lui, c’est  un coup de foudre! Cette transmission de savoir-faire par son père marque l’histoire de sa vie et nourrit sa passion pour l’érable. Et c’est toujours avec Charles-Aimé à ses côtés qu’il a l’idée de transformer l’eau d’érable en vin et entreprend le projet du Domaine Acer. C’est pour rendre hommage à leur complicité et à l’aide qu’il lui a continuellement apportée que Vallier décide de nommer son produit le plus symbolique Charles-Aimé Robert, du nom de son père.  Une histoire parfaite pour souligner les paternels de nos vies, n’est-ce pas?

Un vin réserve de caractère

Ce que les experts en disent

Rien de plus touchant que de lire ce que les professionnels du milieu de la sommellerie pensent de nos produits! Ici, un témoignage de Nadia Fournier qui décrit le Charles-Aimé Robert 8 ans d’âge :

 

 La cuvée haut-de-gamme de ce domaine du Témiscouata dépasse toutes les attentes. Un nez intense où se mêlent les notes de caramel, de fruits confits et d’épices. En bouche, un moelleux exquis s’appuie sur des saveurs riches, pénétrantes et très umami, qui nous portent du sucre d’érable au sarrasin, en passant par les accents de curry et de fenugrec. Exceptionnel, multidimensionnel et racé. 

 

Nadia Fournier est chroniqueuse vin à la radio, à la télévision et au magazine L’actualité, partenaire du site Chacun son vin et auteure de l’ouvrage Le Guide Phaneuf du vin depuis 2011.

Âge et méthode de vieillissement

Cette aventure aromatique dans laquelle nous transporte le Charles-Aimé, on la doit aussi à son long passage en fût de chêne dans nos caves de vieillissement, où la température naturelle valse entre 7° et 12°C. Pour en apprendre davantage sur le travail du maître de chai et l’art de la vinification par la fermentation, passez-nous voir et choisissez la dégustation commentée de nos produits. Notre univers et nos vins hors du commun vous seront racontés et expliqués de belle façon! Et prolongez l’expérience dans l’espace cocktails, nos vins servis au verre ou en cocktails vous convaincront de l’attention à leur porter et de boire québécois encore plus souvent!  

Le Charles-Aimé Robert et ses accords

Dans le verre

D’abord, il faut le déguster seul dans toute son authenticité, entre 10 et 14°C. C’est ainsi que vous constaterez sa grande complexité et ses flaveurs généreuses et torréfiées. Une fois la première rencontre passée, amusez-vous! Comme digestif en fin de repas ou en  cocktails d’été, le Charles-Aimé est polyvalent. Pourquoi ne pas tenter l’expérience de la mixologie maison avec notre cocktail L’origine? L’ajout de sirop et d’acerum dans ce petit boire valorise avec brio la diversité et la noblesse de l’érable!

Avec l’assiette ou en cuisine

Avec ses parfums de fruits confits, de caramel et de sucre d’érable, le Charles-Aimé Robert se marie avec panache aux terrines de gibiers, au foie gras, aux fromages corsés et aux desserts au caramel ou au chocolat. Et pour ébahir vos papilles et vos sens, cuisinez cette recette de Morue & beurre blanc au Charles-Aimé Robert du chef Jean-Claude Chartrand.

Un présent idéal pour souligner les hommes de vos vies

Généreux, riche, complexe, le Charles-Aimé Robert magnifie le moment et demande qu’on lui accorde l’attention qu’il mérite. Et si pour la fête des pères, nous prenions le temps de remercier les papas de leur bienveillance en partageant avec eux un verre de Charles-Aimé, assis autour du feu de camp, à méditer doucement sur la tournure du monde? Assurément un moment de complicité qui leur fera de l’effet!